Retour

Lean Management : pour une gestion sans gaspillage

ARTICLE PAR YVES LEBRASSEUR
Expert sénior, Procédés techniques, Proaction International

Identifier les gaspillages est une des étapes clés dans une démarche de Lean Management. C’est mon rôle d’aider les managers à développer cette approche particulière qui leur permet d’augmenter l’efficacité, la productivité et, en fin de compte, le rendement de leur entreprise.

La meilleure image que je trouve pour décrire la démarche Lean est une paire de lunettes. Il s’agit tout simplement, au fond, d’outiller l’humain qu’est le manager pour qu’il soit en mesure mieux voir la réalité opérationnelle qui l’entoure.

Le repérage d’éléments sans valeur ajoutée est une bonne habitude à prendre pour la santé de l’entreprise, mais ce n’est pas toujours facile ou plaisant. Comme porter des lunettes pour la première fois, c’est inconfortable au début, mais on s’habitue. Et surtout, une fois l’habitude prise, on ne s’en passerait plus.

Je ne suis pas un spécialiste de la vue, mais mes mandats en entreprise m’ont permis de constater que la difficulté de l’application du Lean tient souvent d’une difficulté à “voir” de près.

Examen d’une démarche Lean

La démarche découle toujours d’un grand intérêt du responsable des opérations, vice-président ou directeur, pour identifier des opportunités d’amélioration. Qui ne veut pas s’améliorer ?

Pour ce faire, nous devons d’abord savoir ce que l’on cherche, puis apprendre à le voir de loin, mais surtout de près. Voici comment ça se passe en général :

Étape 1 : théorie des gaspillages

Nous débutons par un atelier de travail avec les gestionnaires de premier niveau, soit les chefs d’équipe et les superviseurs. Pendant ce premier atelier, nous découvrons ensemble les types de gaspillages avec des exemples apportés par les participants :

  • Transport et déplacements
  • Mouvement et gestes
  • Temps d’attente
  • Surproduction
  • Gestion des stocks
  • Opérations inutiles
  • Défauts et erreurs

Les 7 types de gaspillages du Lean Management

S’ensuit un exercice ludique où, en équipe, tous doivent identifier des gaspillages sur des photos et/ou vidéos prises sur le lieu de leur travail. Les gens adorent ce jeu, l’esprit de compétition fait son œuvre et la participation est au top.

Les participants excellent lors de cet exercice, les lunettes fonctionnent.

Étape 2 : tentative dans l’environnement réel

Une fois la théorie bien maîtrisée, je vais sur le lieu de travail de chaque responsable et je le laisse identifier lui-même les gaspillages dans « sa cour ». C’est là que ça se complique souvent. Le responsable qui avait une vision 20/20 en atelier a soudainement une perte de qualité visuelle majeure. Il ne voit plus aussi bien les gaspillages.

Exemple classique : un opérateur qui attend une instruction avant de démarrer une opération.

L’attente est évidente. Lors de l’atelier de travail, tous les participants reconnaissaient facilement ce type de gaspillage, mais sur le plancher, le responsable ne la voit pas. Lorsque je le questionne ou lui fais remarquer, la réponse est : « oui, non, mais, c’est à cause que… »

Étape 3 : mise au point pour une correction à long terme

Pour aider les managers à voir ces gaspillages dans leur environnement, je vais travailler individuellement avec chacun d’eux de façon à augmenter leur acuité. Et, c’est là que le vrai travail commence : la gestion du changement.

Pour ce faire, j’accompagne le gestionnaire dans son quotidien, je le laisse tenter de voir les gaspillages et je le corrige en temps réel. Et, nous répétons l’exercice. Il doit s’habituer à porter ses lunettes. Sa vision doit être aiguisée à « voir » les gaspillages.

Une vision et un management transformés

Voir les gaspillages, ou porter les lunettes Lean, n’est donc pas si facile. Ce changement de comportement demande un accompagnement professionnel. Un autre élément gagnant sera un outil de gestion 4.0 qui facilitera la mécanique, rituel de tournée d’identification des opportunités, liste de vérification, etc.

Pas facile de s’habituer à porter des lunettes pour la première fois, je le sais ! Ça fait mal au nez, ce n’est pas confortable. Mais, une fois conscient des bénéfices, bien accompagné et avec les outils adéquats, on ne fait pas que s’y habituer, on ne peut tout simplement plus s’en passer. Ceci, jusqu’à l’opération au laser, mais ça, c’est une autre histoire.

 


 

Les experts de Proaction International peuvent vous accompagner dans vos démarches d'excellence opérationnelle comme l'implantation d'une méthodologie Lean.

CONTACTEZ NOS EXPERTS

Yves Lebrasseur
Expert sénior, procédés techniques
Sujets: Lean Management, Coaching, Excellence opérationnelle